Vous utilisez un navigateur obsolète. Veuillez mettre à jour votre navigateur pour pouvoir utiliser le site Hopfab.

Un an après, les artisans français face à la crise

  • Actualités
20 avr. 2021

Des ateliers fragilisés par la crise tout au long de l’année 2020

Sans surprise, la crise sanitaire a fragilisé de nombreuses entreprises. Les plus touchés sont les artisans spécialisés sur les secteurs comme l’événementiel, le retail ou les cafés hôtels restaurants qui ont vu leur carnet de commande se réduire brutalement au printemps 2020. Les ateliers qui souffraient d’une trésorerie fragile ont également été fortement impactés par les reports des chantiers et les retards de paiement liés à la crise sanitaire. 

Ceux qui s’en sont le mieux sortis sur l’année 2020 sont les artisans indépendants ou les petits ateliers avec des structures de coût très flexibles et les artisans spécialisés sur le secteur résidentiel qui ont bénéficié de l’entrain des français pour l’aménagement de leur intérieur.

Dans ce contexte, nous avons observé jusqu’à début 2021 une concurrence prix très forte entre les ateliers qui avaient besoin de remplir leur carnet de commande quitte à rogner très largement sur leur marge. 

Le secteur reprend des couleurs depuis la fin du premier trimestre 2021

Depuis mars 2021, la situation semble se stabiliser. Les investissements reportés tout au long de l’année 2020 reprennent et les carnets de commande des ateliers se remplissent très rapidement, boostés par la sensibilité accrue des acheteurs pour le fabriqué en France.

Plus que jamais, l’artisanat français répond aux enjeux auxquels nous sommes confrontés en proposant une production raisonnée et en circuit court. Faire appel à un artisan français, c’est participer à la préservation des savoir-faire français, soutenir la création d’emplois et de valeur dans les territoires et limiter l’empreinte écologique de son projet en privilégiant l’utilisation de ressources locales. 

Nous avons la chance en France d’avoir un artisanat très riche et bien équipé pour répondre à des projets d’envergure. Si les artisans français ont longtemps été pénalisés par les écarts de prix avec les entreprises étrangères, ceux-ci tendent à se réduire et sont largement compensés par la flexibilité et la qualité de service qu’offre la proximité.

Une reprise sous tension avec la pénurie et l’explosion des prix des matières premières

Malgré la reprise, les conséquences de la crise continuent à se faire sentir avec la pénurie et l’explosion des prix des matières premières. C’est notamment le cas pour les produits aciers et les produits bois semi-transformés, comme le contreplaqué ou l’aggloméré, largement utilisés dans le secteur de l’agencement.

La fermeture des usines en 2020 a entraîné une baisse significative de la production. Si les stocks excédentaires des producteurs ont permis dans un premier temps de répondre à la reprise de la demande au niveau mondial (notamment en Chine et aux Etats-Unis), il existe aujourd’hui une vraie tension sur le marché des matériaux qui se traduit par une augmentation des prix et un rallongement des délais de fourniture pouvant aller jusqu’à plusieurs mois. 

Selon un article du Moniteur de février 2021, “la tonne d’acier de hauts-fourneaux se négociait autour de 250 € avant novembre, elle tourne aujourd’hui autour des 600 €.” Dans le secteur bois, Luc Charmasson, président du comité stratégique de la filière bois estimait dans un article pour Batiactu de mars 2021 que les délais d’approvisionnement se sont multipliés par 10 et que l’augmentation des prix des matériaux se situe entre 10 et 30% selon les bois. La tension est telle qu’on a récemment découvert le pillage de parcelles de bois plantés – entre 300 et 400 arbres (chênes centenaires, épicéas) – en Ariège (La Dépêche du Midi, avril 2021). 

Si cette situation exceptionnelle touche tous les acteurs au niveau mondial, elle met particulièrement en risque les petits faiseurs tels que les artisans, dont la capacité de négociation avec les fournisseurs est incomparable à celle des gros industriels. 

Un an après, la situation reste compliquée pour les artisans français mais comme toujours chez Hopfab, nous faisons le choix de l’optimisme. Les habitudes de consommation commencent à évoluer pour prendre en compte le coût à long terme d’un projet en évaluant l’impact pour notre santé, l’impact pour la planète et l’impact pour notre économie. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à intégrer des critères d’impact dans leurs décisions d’achat et à donner l’exemple. Et ce n’est que le début. 

Chez Hopfab, nous sommes conscients du rôle que nous avons à jouer pour accompagner la “révolution” artisanale et faciliter l’accès et la collaboration entre artisans français et porteurs de projets. Un grand merci à tous nos partenaires et à tous ceux qui nous font confiance pour les aider à réaliser leurs projets simplement et localement avec l’artisanat français.