Vous utilisez un navigateur obsolète. Veuillez mettre à jour votre navigateur pour pouvoir utiliser le site Hopfab.

Quelles sont les différentes typologies d’escalier ?

  • Matériaux et savoir-faire
26 oct. 2021

L’escalier est un élément essentiel et pratique de votre habitation, qui participe à la décoration de votre intérieur.

L’escalier est indispensable et se doit d’être adapté à vos besoins. Pour mieux choisir ce dernier afin qu’il convienne à votre intérieur, il est important de réfléchir à son utilisation principale !

Les principales typologies d’escaliers

L’escalier droit

L’escalier droit est le type d’escalier le plus classique et standard. C’est la solution la plus simple puisqu’il est facile à installer et son prix est peu élevé. Généralement, ce type d’escalier est installé dans les pièces assez spacieuses puisque si la pièce est trop petite l’escalier sera trop raide et ainsi peu confortable.

En plus d’être l’escalier le plus économique, il est pratique et fonctionnel puisque l’on peut créer des rangements sous les marches. Mais il est encombrant et moins pratique dans les angles.

L’escalier tournant

Généralement plus couteux que les autres types d’escaliers, l’escalier tournant trouve facilement sa place dans un intérieur. A l’opposé de l’escalier droit, l’escalier tournant comporte un ou deux angles droits qui visent à optimiser l’espace. Ainsi, il peut s’implanter très facilement dans l’angle d’une pièce.

Il existe trois modèles différents. En effet, il existe l’escalier ¼ tournant, l’escalier 2/4 tournant, et l’escalier demi-tour.

L’escalier ¼ tournant est la configuration la plus utilisée. Il se caractérise par une volée de marches droites, un seul angle en forme de « L », généralement de 90°. En effet, les premières marches sont positionnées face au mur, puis suivit d’un virage qui présente les dernières marches.

L’escalier 2/4 tournant comporte deux angles généralement à 90°. Grâce à sa belle largeur, il offre le confort de l’escalier droit. Les escaliers 2/4 tournants ont la spécificité d’avoir de larges marches droites et ainsi d’être plus confortables à utiliser.

L’escalier ½ tournant ou demi-tour comporte deux volées parallèles reliées par un palier. Il ne s’agit pas d’un angle à 90° mais d’un demi-tour complet.

Dans un escalier tournant, les marches au niveau de l’angle sont souvent plus étroites et plus élargies vers l’extérieur pour offrir un confort d’utilisation et une sécurité optimale. On peut distinguer deux types de marches :

  • Les marches rayonnantes :

Les marches rayonnantes ont la particularité d’être perpendiculaires aux limons dans la partie droite des volées. Elles sont ensuite rayonnantes dans la partie tournante. Ces marches sont faciles à réaliser mais peu confortables puisque le collet des marches devient trop étroit dans la partie tournante.

  • Les marches balancées :

Les marches balancées permettent d’anticiper le virage puisqu’elles ont la particularité de légèrement commencer à tourner dès la partie droite. Ainsi, contrairement aux marches rayonnantes, il en résulte des marches plus larges au niveau du collet dans la partie tournante. Elles permettent ainsi une plus grande facilité dans la montée et dans la descente de l’escalier.

L’escalier hélicoïdal

Également appelé escalier en colimaçon, l’escalier hélicoïdal est simple à installer puisqu’il est autoporteur. Il ne nécessite donc pas de mur pour être installé. La dimension de l’escalier se limite au diamètre, aucun recul ne doit être calculé et aucun dégagement ne doit être prévu.

Ainsi, l’escalier colimaçon a une emprise au sol plus faible qu’un escalier à volée. Il est idéal pour les petits appartements et studios. Cependant, il dispose d’une largeur souvent trop étroite, ce qui complique le passage d’objets volumineux.

L’escalier hélicoïdal optimise l’espace puisqu’il occupe seulement l’emplacement lié à la trémie. La forme de la trémie détermine la forme de l’escalier hélicoïdal. Il peut être installé dans une trémie ronde ou carrée. Si votre trémie est ronde, l’escalier sera forcément un escalier en colimaçon rond. Le diamètre ne devra pas excéder 1,60 m et devra être inférieur à la longueur de la trémie. Et pour le palier d’arrivée, il occupera ¼ de la trémie avec un angle de 90°. La trémie correspondra alors au ¾ du cercle.

Opter pour un escalier en colimaçon permet d’apporter une touche design à votre logement et d’augmenter la perspective de celui-ci sans segmenter l’espace. L’absence de contremarche permet également de diffuser davantage la lumière dans la pièce.

L’escalier semi-hélicoïdal

L’escalier semi-hélicoïdal est la solution parfaite pour les trémies rectangulaires destinées à l’origine pour les escaliers à volées droits ou tournants. Cet escalier comporte les mêmes caractéristiques qu’un escalier en colimaçon. Il se compose d’un mât central autour duquel sont distribuées les marches en cercle. De plus, il est sans contremarche.

L’escalier demi-colimaçon est moins onéreux qu’un escalier quart-tournant. De plus, il est un parfait compromis entre les avantages d’un colimaçon adapté aux contraintes d’un escalier quart tournant.

L’escalier hélicoïdal carré

L’escalier colimaçon de forme carrée est plus confortable qu’un escalier en colimaçon rond. En effet, le colimaçon utilise tout l’espace disponible contrairement au colimaçon rond qui par sa forme arrondie vient couper tous les angles.

Pour un escalier hélicoïdal carré, la trémie minimale doit s’inscrire dans un carré de 1,80 cm de côté pour une volée de 80 cm de passage. Avant la pose, il est important de connaitre le nombre de marches. Il faut ainsi effectuer un calcul : diviser la hauteur du palier par 13. Le résultat obtenu doit se situer entre 17 et 20 cm. Si ce n’est pas le cas, il faudra rajouter ou enlever des marches.

Ainsi, l’escalier hélicoïdal présente de nombreux avantages. Il s’adapte à votre budget, il permet un gain d’espace dans votre intérieur et il est esthétique.

Les différentes possibilités de formes d’escaliers

L’escalier avec limon central

Très tendance, l’escalier sur limon central est composé d’une poutre sur laquelle les marches s’articulent individuellement. Le limon central est la pièce maitresse qui vient supporter les marches de l’escalier. Généralement en acier ou en aluminium, il apporte stabilité et confort dans la montée.

Le limon central donne à votre escalier ainsi qu’à votre intérieur une tendance aérienne.

Cet escalier, réalisé soit droit, soit tournant, est le parfait compromis entre un escalier suspendu et un escalier classique.

Cependant pour la pose quelques précautions doivent être prises. Tout d’abord, le sol doit être solide au niveau de la marche de départ puisque le poids de la structure repose sur cette marche. De plus, pour la marche d’arrivée, il est nécessaire de fixer un support rigide.

Parmi les escaliers avec un limon central, vous pouvez opter pour l’escalier débillardé « à la française ». Très élégant, il apporte une sensation de légèreté à votre intérieur. Cet escalier, à la forme continue et unie en spirale avec des virages arrondis, n’a pas de poteau d’angle. Il peut être conçu à partir de bois, de métal ou autres matériaux.

Les escaliers débillardés demandent une surface importante et ne conviennent pas aux petits espaces. De plus, ces escaliers ne conviennent pas aux petits budgets puisqu’ils sont souvent sur-mesure et demandent ainsi une main-d’œuvre et un savoir-faire d’exception.

Il existe également un escalier débillardé « à l’anglaise » qui comporte, non pas un limon central, mais une crémaillère supportant les marches de votre escalier.

L’escalier crémaillère

Aussi appelé escalier à l’anglaise, c’est la forme d’escalier la plus utilisée !

Cet escalier n’a pas besoin d’être fixé à un mur porteur. Un ou deux limons, taillés en dents de scie, permettent de supporter les marches et les contremarches, s’il y en a. Le rendu de cet escalier est ainsi plus structuré avec une succession d’angles droits. Le limon crémaillère donne du relief et s’impose dans la décoration de votre habitation.

Cet escalier est simple d’installation. Souvent associé à des garde-corps latéraux, il offre une sécurité d’utilisation notamment pour les enfants et les personnes âgées.

Cependant, il est indispensable qu’il ait fait l’objet d’une conception de qualité et d’une pose par un professionnel.

L’escalier avec ou sans contremarches

L’escalier sans contremarches

L’absence de contremarches permet de gagner en luminosité dans votre habitation. Esthétiquement, l’escalier sera plus aérien et épuré !

En supprimant les contremarches, on supprime également la caisse de résonnance, ce qui amoindri les grincements et diminue le volume sonore engendré par les allées et venues.

L’escalier avec contremarches

Les contremarches sont généralement présentes sur les escaliers à volée. Elles apportent une sécurité supplémentaire aux utilisateurs. Elles permettent également un aménagement sous l’escalier. En effet, il est possible d’optimiser plus largement l’espace en créant par exemple des placards encastrés ou une entrée pour un sous-sol.

Il existe plusieurs types de contremarches : pleines, réduites ou tubulaires.

Pour la sécurité des enfants et des objets, il est préférable de choisir un escalier avec contremarches. En revanche, il sera légèrement plus onéreux dû au supplément de matière et de temps de travail.

L’escalier suspendu

L’escalier suspendu est un modèle très minimaliste, épuré et tendance dans la décoration d’intérieur ! Cet escalier donne un effet aérien à votre intérieur avec ses marches suspendues. Elles donnent l’illusion de sortir du mur pour se développer sous vos pieds. Sans contremarche, cet escalier laisse passer la lumière. Un limon latéral peut être installé dans le mur ou contre un mur pour donner une finition plus industrielle.

Une bonne solidité du mur est nécessaire pour la durabilité de votre escalier dans le temps. En effet, les forces exercées lors de la montée ou la descente sont importantes. Une excellente résistance du mur aux efforts de traction et de torsions générées par les marches est essentielle. Néanmoins, il est possible de renforcer le mur. En effet, il est possible de créer une structure en acier en forme de crémaillère fixée sur le mur, qui servira de limon puisque les marches viennent s’appuyer dessus. Un habillage pourra être apporté pour dissimuler ce renfort.

Les marches sont ainsi ancrées dans le mur. Différentes techniques sont possibles :

  • Des platines scellées dans le mur accueillent des goujons en acier qui se fichent dans les marches.
  • Les marches sont directement encastrées dans des boitiers en acier scellés dans le mur.

Cependant, installer un tel escalier ne s’improvise pas. Sa mise en œuvre est complexe et doit par conséquent être réalisée par un professionnel pour garantir la sécurité. De plus, son encombrement est identique à celui d’un escalier droit. Enfin, son prix est relativement élevé.

L’escalier à pas japonais

Idéal pour les petits espaces, l’escalier à pas japonais est aussi appelé « escalier à pas alternés » ou « escalier à pas décalés ».

Le principe est simple : des marches qui ne sont pas superposées les unes sur les autres, obligeant l’utilisateur à poser le pied gauche sur l’une, puis le pied droit sur l’autre, et ainsi de suite. Cela permet donc de créer un escalier plus raide, moins encombrant, tout en conservant une certaine profondeur de marche et un certain confort !

Néanmoins, même si cela paraît évident, il faut prendre ses précautions avec le système des marches alternées en s’habituant à poser le bon pied sur la bonne marche !

Deux prochains articles sur l’escalier arrivent très bientôt ! Au programme :

  • Quels matériaux choisir pour son escalier ?
  • Quelles sont les normes de sécurité à respecter pour son escalier ?